UX-WRITING

Accessibilité : concevoir des éléments visuels pour tous

 

D’abord priorisée aux sites institutionnels, l’accessibilité numérique s’impose désormais à tous les concepteurs chargés de développer des sites simplifiant la navigation et la compréhension pour tous.

Dès lors, comment penser l’expérience utilisateur au regard des fondamentaux d’accessibilité ? Dans son article 5 Visual Treatments that Improve Accessibility, Jakob Nielsen, pionnier de l’ergonomie Web identifie des principes à mettre en œuvre dès la conception.

1. Miser sur le contraste

En matière de lisibilité, la couleur seule ne suffit pas. Il faut y ajouter un rapport de contraste élevé entre le texte et son arrière-plan pour garantir une meilleure différenciation des couleurs et permettre ainsi :

  • aux internautes avec handicap visuel de ne pas être obligés de recourir à une technologie d’assistance pour renforcer le contraste initial ;
  • aux internautes sans handicap visuel de bénéficier d’un confort de lecture supplémentaire.

Pour cela, il est nécessaire d’appliquer un rapport de contraste minimal entre la couleur du texte et celle de son arrière-plan d’au moins 4,5:1. En cas de doute, des logiciels ou outils en ligne aident à évaluer ce rapport.

2. Ajouter des indices visuels aux couleurs

Le contraste ne fait pas tout, cependant. Des repères visuels, comme des traits ou des motifs, seront également utiles pour les personnes atteintes de daltonisme, qui ne peuvent pas distinguer certaines couleurs.

3. Être focus sur l’interactivité

Liens, champs de formulaires, menus, widgets… Les éléments interactifs peuvent eux aussi faire l’objet d’une mise en forme spécifique pour faciliter la navigation au clavier des internautes avec handicap moteur.

Il peut s’agir par exemple d’ajouter des contours plus épais autour d’un bouton cliquable, de souligner ou de mettre en gras un lien, ou encore de signaler par une icône, pour permettre de déterminer l’élément interactif qui a le focus clavier.

4. Des alternatives textuelles complètes

L’alternative textuelle est un élément primordial d’accessibilité dans l’expérience utilisateur. Elle permet accéder à l’information véhiculée par une image qui ne peut pas être vue par les internautes :

  • avec handicap visuel ;
  • ayant désactivé volontairement l’affichage des images ;
  • ne disposant pas d’un débit de connexion suffisant pour les afficher.

Une alternative textuelle correctement renseignée répond à plusieurs critères :

  • son texte doit être succinct et objectif ;
  • elle doit être différente de la légende de l'image ;
  • elle ne doit pas être utilisée pour des images purement décoratives.

5. Tester l’accessibilité

Pour comprendre les besoins en matière d’accessibilité et les intégrer pleinement dans l’expérience utilisateur, il est important de se familiariser avec les technologies d’assistance.

En testant le fonctionnement des lecteurs d’écran, des appareils en braille ou encore de la navigation au clavier, les difficultés et interrogations rencontrées permettront de guider la conception de contenus accessibles à tous.

L'article complet à lire en anglais : 5 Visual Treatments that Improve Accessibility

Le blog de Nielsen Norman Group fait autorité dans le monde entier sur les sujets touchant à l'expérience utilisateur. Une cinquantaine d'articles en anglais consacrés depuis plusieurs années à la rédaction UX sont rassemblés au sein d'un guide "UX Writing" qui constitue l'une des ressources les plus précieuses en la matières. Dixxit a choisi d'en publier régulièrement des synthèses en français, pour faire découvrir les meilleurs articles et en faciliter l'accès.

 

Contactez-nous

32, rue Étienne Marcel
75002 Paris
01 78 16 06 00